Garden party – Du rire à en pleurer


Festival, Avignon | 23.07.2017

Avant d’aller voir Garden-Party de la compagnie N°8, je vous conseille de vous munir de mouchoirs car ce spectacle est à mourir de rire. Sur scène quatre couples d’aristocrates vont vivre avec leur majordome une garden party où l’insouciance d’une certaine société vire au scandale avec un enchaînement de situations plus burlesques et caricaturales les unes que les autres. Le ton est donné dès la première minute avec un lancer de cacahuètes dans le public… nous ne sommes pas dans le même monde !

Le champagne coule à flot, les scènes s’enchaînent mais il n’y a pas de dialogue : mimiques, grimaces, postures et accessoires permettent de vivre cette histoire captivante. La scène où les dames sont à la chasse avec les hommes mimant les chevreuils est à mourir de rire. La séance de botox et autres piqûres sur le canapé donne lieu à une série de grimaces d’anthologie…

Mais le champagne vient à manquer et il faut que quelqu’un se dévoue pour aller faire les courses (activité insensée pour un aristocrate), cette séquence va donner lieu à une épopée incroyable qui se terminera avec un magnum tiré du caddy. L’ambiance bascule ensuite vers la boite de nuit : danse effrénée, drague et libertinage…

Issu des arts de la rue, Alexandre Pavlata, signe avec Garden-Party une mise en scène et un spectacle à ne louper sous aucun prétexte.

Patrick Denis

Flickr Album Gallery Powered By: Weblizar

Libertivore Phasmes

Festival Font’Arts, Pernes les Fontaines | 06.08.2017

Flickr Album Gallery Powered By: Weblizar

Mur Mur, huis clos en couple

La compagnie du Oui a présenté sa nouvelle création “Mur Mur”, vendredi 10 mars au centre culturel des Augustins à Pernes les fontaines. Annoncé comme une tragédie clownesque, déconseillée aux plus jeunes, ce spectacle n’a en réalité rien de comique puisque il traite de la violence dans le couple, un huis clos où l’amour se mêle à la folie, où la douceur et la tendresse se mêlent à la noirceur la plus absolue, un spectacle qui ne laissera personne indifférent. Le sujet est grave, il est traité avec tant de force que certains spectateurs ont des difficultés a interpréter le thème au second degré, le spectacle dérange et indispose, mais il met en lumière la soumission et la violence qui sont parfois imposées aux femmes au sein du couple. La compagnie qui jouait ce spectacle pour la deuxième fois a remporté un très beau succès.

Vous pourrez les retrouver au festival d’Avignon du 7 au 30 juillet à 20h30 à l’Albatros théâtre.

Photo : Elisabeth Andres et Pascal Roubaud de la compagnie du Oui basée à Chalon-sur-Saône

 

Cliquez sur la photo ci-dessous pour visionner le reportage